Perpi-UrbaGreen : planter des arbres et des potagers urbains

Nom / Prénom du porteur de projet:
Stéphanie Falcou

Catégorie:

Amélioration du cadre de vie, de la transition énergétique et écologique
Lieu d’implantation / rayonnement du projet: 
Sur l’ensemble de la Ville de Perpignan
Quartier Centre
Résumé du projet: 
Planter des arbres et plantes comestibles en zone urbaine. Faire de Perpignan un modèle de ville verte et éco-responsable.
Le but : Créer des potagers urbains pour absorber les émanations de CO2, revégétaliser notre espace urbain pour reconnecter les citoyens à l’alimentation saine de saison et favoriser le lien social.
Détails du projet: 
"Toits-potagers, jardins partagés, friches exploitées… des petits espaces verts nourriciers tendent de plus en plus à se développer dans les grandes villes. Outre de fournir des fruits et légumes produits sur place, l’agriculture urbaine développe le lien social et réduit les îlots de chaleur urbaine."

Lors du Global Climate Action Summit réuni à San Francisco du 12 au 14 septembre 2018, Co-présidé par Jerry Brown (gouverneur Californie), Hilda C. Heine, présidente de la République des Îles Marshall et présidente du Forum des personnes vulnérables face au changement climatique (Climate Vulnerable Forum - CVF), a nommé un groupe de femmes prestigieuses capables de dynamiser et d’activer la mise en œuvre de l'Accord de Paris et susciter une action et des ambitions concrètes pour le climat dans le but de maintenir le réchauffement en dessous de 1,5 ° C.
Son propos a trouvé écho auprès de l’auditoire quand l’acteur Harrisson Ford a prononcé son discours mémorable et poignant sur l’état des lieux consternant de l’activité industrielle intensive (cf vidéo en annexe). En France, Sophie Marceau prête sa voix pour le court métrage, La Nature parle. Les Films comme “Demain” ou “En quête de sens” stimulent la réflexion. Des passionnés agissent déjà, Les nouveaux potagers, entreprise d’architecture paysagère à Lyon, le mouvement des Colibris (même s’il est imparfait). Des initiatives individuelles voient le jour et réussissent. Alors pourquoi pas chez nous à Perpignan ?

A l’heure de la COP 24 tenue cette année à Katowice en Pologne, des décisions seront prises pour mettre en oeuvre l’Accord de Paris issu des travaux réalisés lors de la COP 21 (Paris 2015).

Plusieurs initiatives ont déjà fleuries de par le monde. En France, L’Observatoire des villes vertes en témoigne. Déjà 23 villes françaises font partie de ce réseau et ont mentionné leur projet pour revégétaliser la zone urbaine. Montpellier, Marseille et Monaco en font partie. Parmi les villes du Sud de la France, Perpignan a une carte à jouer tant sur le plan local, national, transfrontalier et international.

Le projet Perpi-UrbaGreen consiste à planter des arbres et des potagers en zones urbaine en s'adossant aux techniques de la culture traditionnelle mais également de la permaculture pour en faire de véritables forêts comestibles. Les parcs existants pourront être partiellement cultivés. Perpignan recense 20 parcs municipaux. Les toits et les balcons pourront également être des zones à végétaliser. (l'exemple du High Line Parc à New York témoigne de la faisabilité et de la réussite de ce style de projet. Projet inspiré de la Coulée Verte René-Dumont à Paris).

L’objectif est de repenser l’espace urbain comme une terre accueillante, fertile et nourricière. Associer arbres et plantes comestibles revient à créer des forêts comestibles. C’est à Lille en 1997 qu’a été recensé le premier jardin partagé, inspiré du modèle Américain, les anglais ont également expérimenté d'autres façons de produire avant les français.
Appelés également jardins communautaires, ils se développent partout dans le monde. Leur utilité est multiple : ils absorbent les gaz à effet de serre (GES) dont le gaz carbonique (CO2), ils ornent les espaces urbains et les zones en friche, ils produisent de la nourriture et des plantes aromatiques. Ils créent du lien social intergénérationnel.

La ville de Mexico installe des "murs végétaux" le long de certaines parcelles d'autoroute, dans le but de dépolluer la ville.
Depuis 2016, le projet "Via Verde" redécore les murs qui jalonnent l'une des autoroutes les plus fréquentées de Mexico. La ville est en train de végétaliser les pylônes et terre-pleins centraux le long des voies. L'objectif est de faire reculer la pollution de l'air dans la capitale.
Véritables filtres à pollution, ces "murs végétaux" sont composés de plantes qui filtrent les particules fines et produisent de l'oxygène. Pour recouvrir le bitume, les graines sont cultivées dans une grande toile en tissu fabriquée à base de bouteilles en plastique recyclé, qui est ensuite fixée sur le mur. D'après l'architecte en charge du projet, Fernando Ortiz Monasterio, "sa densité spécifique permet aux racines des plantes de s'entrelacer dans la toile", précise-t-il. De plus, le système d'irrigation de ces murs végétaux est automatique et fonctionne à l'eau de pluie.
À terme, l'objectif de Via Verde est de végétaliser plus de 60 000 mètres carrés, et d'habiller 1000 pylônes de verdure. Un enjeu de taille pour la capitale, dans ce pays où la pollution est particulièrement importante : chaque année, les autorités estiment à 22 000 le nombre de décès liés à la mauvaise qualité de l'air.

Plus proche de Perpignan, Kafui Kpodéhoun témoigne de son expérience réussie. De l'association Culture(s) en Herbe(s) :
"En créant “Parcelles de terre, Passerelles sociales”, qui est un jardin partagé à Paris, nous avons eu de belles surprises. L'ouverture du jardin à une très grande diversité de publics permet de créer des passerelles et des collaborations fécondes, notamment entre des professionnels du travail social et le secteur de l'environnement. Au fond, nous ne faisons "que jardiner", mais cela peut avoir un impact énorme, par rebond, sur plein d’autres champs de la vie d’une personne, d’un groupe, ou d’un territoire."

La ville de Bordeaux a également créée plusieurs potagers urbains ouverts et va développer le concept.

Le projet Perpi-UrbaGreen placera la ville de Perpignan comme une des villes actrice de la transition énergétique et écologique des villes du Sud de la France.
Ce projet permettra à Perpignan de rationaliser et d'optimiser le développement de ses espaces verts urbains afin qu'ils répondent aux attentes des enjeux de développement durable de la ville. Perpi-UrbaGreen répondra également aux attentes des citoyens-consommateurs en terme de mieux vivre en ensemble et d’alimentation. Les citoyens auront la possibilité d'agir pour leur environnement et leur santé. Les outils technologiques connectés seront utiles pour développer ces initiatives. Les citoyens seront acteurs des transitions.

Un reportage de France Bleu Nord, nous montre que 26 communes du Nord-Pas-de-Calais ont planté des fruits et légumes en accès libre. Yvan et Laure Osselin, les initiateurs du projet témoignent :
“Il faut sortir de chez soi, prendre sa bêche, et faire un trou dans la rue. La première année, des gens sont venus regarder, la deuxième année des gens sont venus planter et ramasser un peu, là on est la troisième année et certains commencent à planter tout seuls". raconte Yvan.
"On sème des graines au vent, c'est un prétexte pour que les gens partagent quelque chose ensemble", explique Laure.

Egalement dédiés à l'éducation des jeunes générations et mais aussi des générations X, Y, Z*. Perpi-UrbaGreen pourra fonctionner avec des entreprises partenaires, les services d’entretiens des espaces verts de la mairie, des bénévoles. Les bénévoles seront accueillis et encadrés.
Ces forêts urbaines comestibles deviendront des lieux d'expérimentations, d'innovations sociales et de travaux d'intérêts communs.

L’écotourisme est un axe de développement économique dont la ville pourra bénéficier.
Autour de ces lieux réinvestis, pourront se développer partage de bonnes pratiques, récoltes et écotourisme. D’autres initiatives culturelles, sportives et éducatives pourront se greffer autour Perpi-UrbaGreen notamment l’utilisation des transports doux. Dans le Tarn et d’autres départements français, des séjours sont organisés pour les enfants et leur apprendre à créer un potager.

Véritables poumons écologiques et sociaux, les forêts comestibles de Perpi-UrbaGreen seront "designées", productives et utiles aux différentes communautés. Perpignan et ses habitants seront reconnus pour développer de véritables réseaux "verts" générateurs de valeurs humaines et de matières premières saines à partager. La pérennisation du projet permettra la maîtrise des coûts. Le benchmark de modèles économiques inhérents à ce type de projets permettra de s’orienter vers l’autofinancement. Au fil des années, l’investissement financier s'allègera.
La gestion des potagers urbains sera facilitée par une application numérique téléchargeable sur tablettes et smartphones. Les nouvelles technologies viendront optimiser la mise en place de ce projet et son suivi au fil des années.
Les forêts comestibles seront connectées entre elles et aux citoyens.


Synthèse des objectifs :
- Planter des arbres et plantes pour dépolluer l’air du CO2 (gaz à effet de serre)
- Semer des potagers urbains et des arbres pour fédérer les initiatives vertes participer à l’équilibrage climatique
- Orner nos lieux de vie
- mettre en valeur le savoir-faire des agriculteurs traditionnels et innovants (permaculture)
- Jouer un rôle actif dans l’objectif de neutralité carbonne (Accord de Paris)


Résumé :

Impuissance, perte de sens, perte de qualité de vie ...
Comment agir ?
Aujourd'hui, la thématique du développement durable est un enjeu majeur : participer à l’équilibrage climatique, impliquer les populations urbaines dans un projet commun, participer à la "re-connexion" des citoyens à la nature. Perpi-UrbaGreen "Plantons des arbres en zone urbaine" est un projet qui donne du sens au mot "Partage".
Recréer et apprivoiser une biodiversité adaptée à nos besoins en zone urbaine : un enjeu énergétique et écologique pour mieux vivre ensemble et mieux se nourrir.
Ré-apprendre les gestes simples créateur de vie et de valeurs.
L’alimentation, la santé des populations sont des enjeux essentiels pour l'avenir de notre planète.
En zone urbaine absorber le CO2, orner les espaces publics et ré-arborer les zones en friches ou à l’abandon : Perpi-UrbaGreen portera ses fruits.

Créer un réseau social physique : jardiner ensemble, apprendre les gestes simples qui nourrissent, embellissent et protègent la planète. Ce projet est intergénérationnel. L'éducation des enfants et la ré-éducation des adultes sont un enjeu vital pour une ville comme Perpignan. Comment mieux vivre ensemble ? Créons et produisons ensemble. Nous pourrons mieux nous comprendre et partager nos productions, nos valeurs.
" Vivons en harmonie, verdis ta ville"
Nombre de participants: 11

Si vous êtes le possesseur de ce projet :

Veuillez vous connecter pour voir le détail des participants.

Budget estimé: 
Budget prévisionnel estimé à 5 000 euros
Moyens nécessaires au projet: 
Moyens physiques :
- Les espaces verts existants (déjà créés et entretenus par les équipes de la mairie)
- De nouveaux espaces à créer : zones en friche, bâtiments désaffectés, etc...)
- Matériel de jardinage (outils et structures de soutien des jeunes plants, etc...)
- Zones de stockage du matériel
- Graines et semis de plantes et d'arbres
- Arrosage existant dans un premier temps*

Moyens humains :
- Personnels de l'entretien des espaces verts (déjà expérimenté)
- Bénévoles : jardiniers, permaculteurs, citoyens, étudiants, écoles

Moyens de communication :
- Agence de communication pour créer des supports :
-- D'informations
-- Pédagogiques
- Une Application pour gérer les différents espaces
Partenaires pour le projet : 
Acteurs à fédérer autour du projet Perpi-UrbaGreen :
Les volontaires
Les jardiniers
Les permaculteurs
Les associations déjà existantes

Les universitaires
Les étudiants (projets tutorés, régis Rouillon, IUT, ...)

Où :

Dans les jardins publics de quartiers
En ville (contact mairies et agglo)
Dans des jardins témoins (cf particuliers)
A l’université (IUT, Jean-Louis…)

Les associations concernées par le sujet
La chambre d’agriculture
La Mairie
Le Crédit Agricole

Etat d’avancement du projet: 
Le projet est dans sa phase initiale. Il a déjà séduit des acteurs de la ville de Perpignan. Il me semble que ce projet a vocation d'être co-porté par la ville de Perpignan.

Sont en cours les phases ci-dessous :

1- Benchmarking
2- Développement des partenariats auprès de :
- mécènes
- promoteurs immobiliers
- cabinet d'architecture
- permaculteurs
3- Constitution de l'association